+ services en département
 

 

 

 

 

Les INM vous connaissez ?

| Publié le 14 janvier 2015
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Et pourtant, vous les utilisez sans vous en rendre compte ! Ce sont les Interventions Non Médicamenteuses (INM).

Ce concept prend la forme de produits, de programmes ou de services. Dans la majorité des cas, les INM complètent les traitements médicamenteux et chirurgicaux conventionnels.

Elles appartiennent à trois grandes branches : l’activité physique, la nutrition et la psychologie. Elles se veulent complémentaires des thérapies conventionnelles, médicamenteuses et chirurgicales en impliquant une participation active de la part des utilisateurs. Elles ont largement recours aux TIC santé

Elles visent plusieurs objectifs :
- retarder l’apparition d’une maladie chronique induite par un comportement à risque (bien vieillir),
- potentialiser les bénéfices des traitements conventionnels c’est-à-dire agir sur la durée de vie, l’efficacité des traitements, les périodes de rémission, la prévention des rechutes,
- limiter les conséquences systémiques d’une maladie chronique et de ses traitements,
- dans de rares cas, guérir une maladie d’origine comportementale.

Toutefois, des questions subsistent :

-  Faut-il vérifier leur efficacité, leurs bénéfices/risques et leurs coûts / efficacité et ainsi éviter les amalgames entre la satisfaction et la réelle efficacité ?
-  Quelles sont les stratégies de démonstration de ces bénéfices santé ?
-  Comment classifier les INM : sont-elles des produits de grande consommation ou des produits de santé, des services à la personne ou des soins, des programmes éducatifs ou des dispositifs médicaux ?
-  Doivent-elles être distribuées en vente libre ou prescrites par un professionnel de santé ?
-  Que visent-elles ? Guérir, soigner, atténuer les douleurs chroniques, apaiser, augmenter l’autonomie, améliorer la qualité de vie, rendre heureux ?
-  Doivent-elles être remboursées partiellement ou intégralement, et par qui ?
-  Faut-il surveiller leur consommation ?
-  Doit-on vérifier leur toxicité et leur interférence avec les traitements conventionnels ?

La plateforme ICEPS du laboratoire Epsylon dirigée par le professeur Grégory Ninot en association avec Transfert LR et Ocwell LR et en lien avec la DIRECCTE LR a organisé les 1ières Rencontres Régionales sur les INM le 2 octobre 2014 à Saint-Charles à Montpellier. Cet événement a réuni 80 acteurs régionaux majeurs (chercheurs, industriels, consultants, institutionnels…). Il a ainsi pu
- sensibiliser les entreprises et les chercheurs du secteur des INM aux défis de la démonstration de l’efficacité et du coût/efficacité qui les attendent,
- recenser les forces régionales du secteur (recherche, entreprise, organismes d’aide à l’innovation, à la recherche, au développement et à l’incubation),
- étudier les stratégies de développement en accord avec le cadre fixé par la stratégie régionale 3S sur les INM. 
Les vidéos et les diaporamas sont disponibles sur le site www.iceps.fr/rencontres-regionales-les-inm/

Ces rencontres ont permis également de préparer au mieux le 3ième Congrès International sur la Recherche Interventionnelle en INM du 19 au 21 mars prochain au Corum de Montpellier, l’iCEPS Conference.
Pour en savoir plus : http://www.iceps.fr/conference2015

La DIRECCTE s’est positionnée comme partenaire de cet évènement, en phase avec ses actions conduites notamment dans le cadre du Comité Stratégique Santé Régional.

En savoir plus :

Pour toute information complémentaire :
-  Thierry Rousset à la DIRECCTE
-  Grégory Ninot à l’Université de Montpellier

-- --

Webmestre | Légifrance | Mentions légales | Services Publics